Merci pour votre travail, nos patrons ne connaissent pas la crise !

lundi 31 octobre 2022 par Charlene

Comme chaque année depuis 1996, le magazine Challenges se penche sur l’état des 500 plus grosses fortunes françaises. A l’époque, on parlait en francs, il fallait réunir sur son nom l’équivalent de 19 millions d’euros pour y gagner sa place. En 2022, le ticket d’entrée est dix fois plus élevé, s’établissant à 200 millions d’euros. Pour la première fois, le cumul de toutes ces fortunes dépasse les 1000 milliards et, à elles seules, les 10 premières fortunes représentent la moitié du total ! Impressionnant de voir comment notre travail a pu enrichir quelques personnes. Voici un petit focus sur les grands patrons français de notre secteur :

- On commence par le seigneur du métier et le groupe, numéro un mondial, qui cartonne en Bourse (CAC40) : Teleperformance. Son PDG, Daniel Julien, qui gagne “seulement” 18 millions d’euros par an (soit 1200 ans de SMIC), est l’un des dirigeants du CAC 40 les mieux payés. En comparaison, la rémunération moyenne des patrons du CAC 40, qui a pourtant augmenté de 93 % en un an, n’est « que » de 8,7 millions d’euros ! La fortune du PDG de Teleperformance est seulement classée à la 326ème place, avec une estimation de 360 millions... Celui-ci possède encore un peu plus d’1,5% des actions du groupe qui réalise un chiffre d’affaires de 7,1 milliards.

- Avec 280 millions d’euros le PDG de Sitel et son clan grignotent 12 places pour prendre la 426ème place !!!, Laurent Uberti dispose toujours de 7 à 8% du groupe qui réalise 4,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires, sa fortune progressant de 60 millions. Le reste du capital est en grande partie détenu par le fonds d’investissement de la famille Mulliez (8ème fortune de France avec 22 milliards et propriétaire d’Auchan, Décathlon, Leroy Merlin… via Créadev). En 2009, à l’époque de l’entrée au capital des Mulliez, le chiffre d’affaires était de 67 millions. Depuis, le petit Poucet n’a cessé de grandir en faisant payer ses crédits aux salarié-es et en supprimant des acquis comme le 13ème mois.

- Un des oubliés du classement reste le PDG de Comdata (M. Didier) qui devrait sans aucun doute se situer dans ces sphères, si on compare le chiffre d’affaires de son groupe et son pourcentage dans le capital. Vivre caché pour mieux exploiter ses salarié-es serait-elle la philosophie de ce PDG ? Le mariage de B2S avec Comdata, puis avec Konecta, a dû aider notre légendaire PDG à décupler son patrimoine.

- Dans les fortunes qui progressent le plus pour la énième année consécutive, on a le PDG de Webhelp (F. Jousset) qui progresse de 58 places avec une fortune estimée à 835 millions d’euros, soit une progression de 335 millions !!!. Après avoir vendu 1,3% de ses actions début 2022, il conserve toujours 21% du numéro 1 européen qui fait 2,2 milliards d’euros de CA.

- On pourrait y ajouter le patron de Coriolis (M. Bontemps) et sa fortune estimée à 400 millions d’euros (hôtel Charles V, télécoms…). Mais il a vendu Coriolis en 2021 au patron d’Intelcia (M. Drahi). Ce dernier, déjà propriétaire d’Altice SFR, a vu sa fortune lourdement chuter en 2021 puisqu’il a perdu 2 milliards. On vous rassure, il lui en reste 11 et il est quand même la onzième fortune française… Avec toutes les délocalisations et plans sociaux à son actif, on admet que ce genre de nouvelle nous donne le sourire.

On notera que nos patrons se portent plutôt bien pour une année qu’ils annonçaient pleine d’incertitudes et de problèmes à chaque fois que nous évoquions l’augmentation des salaires. En tout cas on le sait, plus que jamais, de l’argent il y en dans les poches du patronat !


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 369170

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Secteur des centres d’appels  Suivre la vie du site Actualités du secteur   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.25 + AHUNTSIC

Creative Commons License