Précaires de tous les services, Unissez-vous !

□ Les ordonnances « Macron » de 2017 ont légalisé le recours structurel aux contrats intérim et précaires □ La création des CDI GEL et CDII a été une aubaine pour La Poste, qui abusait déjà de la précarité □ Les CDD et intérim peuplent de plus en plus les organisations du travail, sans perspectives de CDI, et dans des conditions d’exercice parfois illégales □ Il existe des solutions, avec le rapport de force et le juridique.

Ordonnances XXL : A peine élu, Macron imposait en 2017, par ordonnance (loi Pénicaud, renommée Ordonnances XXL), des nouveaux types de contrats : Les CDI Intérim (CDII) et les CDI Groupement d’Employeurs Locaux (GEL). Après des décennies d’utilisation abusive des CDD cumulés, d’intérimaires en remplacement long des départs, le patronat (postal y compris) a trouvé protection avec ces ordonnances, pour « légaliser » l’illégalité d’avoir recours perpétuellement à des emplois précaires. Depuis 2018 donc, La Poste a promis aux précaires que le CDI Poste arrivera, mais en passant d’abord par la case CDII ou CDI GEL. Résultat : après 3 ans (délai max), les collègues en CDI intérim se sont vus, pour la plupart, renvoyés vers leurs agences d’intérim, sans CDI Poste... Ces nouveaux CDI, vendus comme l’exemple de la « flexisécurité » par les chantres du « progressisme », s’apparentent en fait à du précariat en bande organisée. SUD persiste à revendiquer des CDI pour tou·tes les collègues le désirant

Un IT vaut mieux que deux tu l’auras : en tournant dans les services,
on s’est rendus compte qu’une partie des collègues en CDII avaient des contratsdits « fautés » : remplacement d’agents soi-disant absents mais pourtant bienprésents, ou emploi pour « accroissement d’activité », alors que la réorg’ localeà venir supprime 10% des positions de travail... Comme cela a été le cas en Anjou-Maine, si votre contrat sent l’entourloupe, n’hésitez pas à contacter votre syndicat préféré (et pas votre responsable), qui relaiera à l’Inspection du Travail (IT), et consultera le registre unique du personnel (RUP), pour vérifier sa validité. Fastidieux à décortiquer, ces RUP peuvent aussi être un moyen syndical de détection des contrats fautés. Il faut rester prudent, car autant la requalification en CDI Poste est probable en cas de contrat fauté, autant, si La Poste est dans les clous, le précaire plaignant verra son avenir postal tomber aux oubliettes. Ceci posé, il reste le rapport de force collectif. Dans plusieurs territoires, quand les postier.e.s sont mobilisés pour déprécariser leurs collègues, les CDI Poste ont été obtenus. Luttons contre l’expansion de l’intérim à tous les échelons, comme de la sous-traitance.

Précaires, CDD, intérimaires, CDII, CDI GEL, mais aussi postières et postiers, l’exploitation, ça suffit ! SUD s’engage résolument à vous accompagner et à faire la chasse aux employeurs tricheurs ! La Poste a dégagé près de 900 millions d’euros de résultats au 1er semestre 2022. L’inflation ronge plus encore nos fins de mois. Il est grand temps de CDIser un maximum et d’augmenter sérieusement nos salaires !

À lire également

Activités postales

Repris de justice postale - Délit d’action syndicale

Nos camarades ont déjà été sous le coup de sanctions disciplinaires et discriminatoires (mises à pied sans salaire, avertissement, blâme…) La direction persiste et signe. Nos camarades sont de nouveau frappés par de nouvelles sanctions. Les élections CSE dès la rentrée sont un motif de plus pour cette direction de vouloir faire taire à tout prix ces militants SUD. Tous les moyens leurs sont bons pour tenter d’éliminer SUD lors de ces prochaines élections.