La police intervient mitraillette en main pour sortir un facteur d’une salle de pause !

Vincent, secrétaire départemental de SUD POSTE 78, était en simple déplacement syndical sur le centre courrier de Versailles pour informer les postier.e.s du projet de suppression d’emplois et d’aggravation de la précarité et des conditions de travail des facteur.ice.s de la commune.

Une nouvelle fois, la direction de La Poste a tenté de museler son expression en employant l’artillerie lourde : pour interdire l’information légitime de Vincent aux agents sur le devenir de leurs métiers et de la manière dont La Poste compte continuer à dégrader le service postal de la distribution du courrier sur la commune, elle n’a pas trouvé d’autres moyens que d’appeler la police, qui l’a dégagé manu militari ainsi que d’autres collègues jusque dans la salle de pause, armes lourdes en bandoulière ! Un postier a même été menacé d’être conduit au poste de police pour non présentation de son identité pour avoir oser filmer ce qui se passait !

La Poste serait-elle devenue une zone de non-droit ?
Pour qu’un tel déploiement de force soit possible, il faut une bonne raison. Celle invoquée par La Poste a été qu’« un individu de 1m95 était présent sur le site » et que « cette personne n’est pas mandatée par une organisation syndicale ».

Notre camarade est pourtant parfaitement connu des services postaux des Yvelines et dûment mandaté par Sud PTT 78 pour exercer ses prérogatives syndicales.

La véritable raison, c’est la tentative, à Versailles comme ailleurs sur le territoire, de faire taire, quoiqu’il en coûte, toutes celles et ceux qui empêcheront La Poste de mettre en place ses projets de casse du service public postal, que ce soit sur l’accessibilité bancaire aux plus démunis ou de précarisation de l’ensemble des métiers du Groupe. Vincent est à nouveau convoqué en entretien préalable ce vendredi 11 février. Après 9 convocations en 6 ans à des conseils de disciplines pour des faits ayant trait directement à son activité syndicale, la Fédération SUD PTT soutient pleinement Vincent, l’ensemble des syndicalistes réprimés ainsi que celles et ceux qui luttent pour défendre une Poste au service du public, pas du fric.

À lire également

Activités postales

Repris de justice postale - Délit d’action syndicale

Nos camarades ont déjà été sous le coup de sanctions disciplinaires et discriminatoires (mises à pied sans salaire, avertissement, blâme…) La direction persiste et signe. Nos camarades sont de nouveau frappés par de nouvelles sanctions. Les élections CSE dès la rentrée sont un motif de plus pour cette direction de vouloir faire taire à tout prix ces militants SUD. Tous les moyens leurs sont bons pour tenter d’éliminer SUD lors de ces prochaines élections.