Spécial été

Réponses au Quizz de l’été

Q1 - Réponse c. Le gouvernement veut passer d’environ 6,5 % de déficit public rapporté au PIB (en 2021) à 3 % à la fin quiquennat. Le PIB étant à environ
2500 milliards, cela nécessite une économie de 87 milliards. Les recettes fiscales de l’Etat étant estimées à 300 milliards, les économies frapperont
violemment les dépenses sociales, en particulier celles de la Sécurité sociale (santé, retraites...).

Q2 - Réponse b.

Q3 - Réponse c. Ces critères (3 % de déficit annuel budgétaire rapporté au PIB, dette publique inférieure à 60 % du PIB) n’ont aucune rationnalité
économique. Ainsi, le Japon a un ratio de 250 % de dette publique. Ces ratio visent à cadenasser les dépenses publiques dans un seul but : rassurer les
investisseurs face à des changements fiscaux ou budgétaires. Corollaires : l’austérité programmée et “l’indépendance” de la BCE.

Q4 - On estime que la BCE détient environ 25 % de la dette française (soit 700 milliards sur les 2900 au total). Depuis 2008, les banques centrales interviennent dans le rachat de dettes d’Etat auprès des banques. Il s’agit de faire baisser les taux d’intérêt et d’injecter des liquidités dans l’économie (en fait, l’argent est plutôt allé vers les marchés financiers).

Q5 - Personne ! Car tout a été remboursé. Une banque centrale peut annuler des dettes et créer de la monnaire “ex nihilo”.

Q6 - Réponses a et c. En fait, ce sont tous les courants conservateurs en Europe. La BRI, la banque centrale des banques centrales, rappelle en
permanence qu’une banque centrale peut créer de la monnaie et annuler des dettes d’un trait de plume.

Q7 - Réponse b. Mais c’est partiellement faux car on compare les recettes d’une année (le PIB) à une dette totale qui se rembourse sur 7 ans en
moyenne. Il conviendrait dire que la dette (annuelle) représente 15 % du PIB. Mais les libéraux préfèrent aggraver les choses !

Q8 - Il n’y a aucun délai. Macron explique qu’on va transférer notre dette à nos enfants, Bruno Le Maire à nos petits-enfants... en réalité, l’Etat réemprunte
en permanence, ça s’appelle faire” rouler la dette”. C’est une escroquerie de le comparer à une famille qui laisserait des dettes à ses enfants.

À lire également

Activités postales

Fin du J+1 et nouvelle gamme courrier - Les bobards de La direction

Annoncée en plein été, la nouvelle gamme courrier que propose la direction de La Poste repose sur un tissu de mensonges - Emploi, service public, écologie, tout sera impacté par ce qui représente la plus grande régression sociale pour notre entreprise publique - On peut et on doit se mobiliser contre la casse de notre outil de travail et le futur du service public postal.