ORANGE - Élections CSE du 19 au 21 novembre 2019

Profession de foi SUD

Entre le 19 au 21 novembre 2019, nous avons élu pour la première fois les membres des Comités Sociaux et Économiques d’Établissements (CSE) à Orange.

Le quorum n’ayant pas été atteint dans certains collèges, il y aura un second tour.

Sud présentera les personnes suivantes pour le second tour des élections CSE de TGI, DTSI, DOIDF :

TGI Collège 2 titulaire :

Michel SIREAU,

TGI Collège 2 Suppléant :

Christophe BOUQUEREL

DTSI Collège 1 Titulaire :

Elisabeth LE MENN,

DTSI Collège 1 Suppléant :

Thierry DIEUDONNE

DOIDF Collège 1 suppléant

Mehdi OUHADJ

Dominique MATHIEU

BrunoGAY GARNIER

Didier LAURENT

Hugues LOUISON

Martine GERARD

Michaël BRUMANT

Frédéric RONGIER


Pour Sud, Il faut que ça change à Orange !

Le PDG d’Orange l’a dit sans détour lors du dernier CCUES, il voudrait à Orange des « syndicats qui accompagnent les changements ». Comprendre : des syndicats et des instances d’élu-es du personnel qui ne discutent pas la vision, les projets et les décisions de la direction, signent des chèques en blanc et se contentent d’être ses vecteurs de communication ou ses supplétifs.
Devinez quoi ? A SUD, nous pensons exactement le contraire !


Laissez-faire et laissez-passer permanents face à la direction

Au CCUES, l’actuelle instance nationale de représentation du personnel, comme dans une majorité de Comités d’Établissements (CE), la direction présente les transformations, restructurations, projets néfastes, mauvaises décisions et mauvais accords d’entreprise :

  • L’Ancrage Territorial qui éloigne Orange et ses salarié-s des territoires, supprime des postes et fait exploser les déplacements ? Ça passe !
  • Les projets immobiliers qui concentrent le personnel sur des gros sites, dégradent les conditions de travail avec la généralisation du Sans-Bureau-Fixe et provoquent télétravail et isolement ? Allez !
  • Les fermetures de sites ou de boutiques contre une indemnisation ridicule ou la simple application des règles RH ? Bien sûr !
  • L’accord intergénérationnel 2019/2021, qui entérine la suppression de 2 postes sur 3, fait payer de manière perverse par les salarié-es eux-mêmes leur départ souhaité par l’entreprise tout en généralisant l’arbitraire dans l’accompagnement financier ? Merci quels signataires ?
  • Plus de 30000 sous-traitants qui travaillent pour Orange ? Où est le problème ?
  • L’ARCQ, qui ne prend en compte que la dernière année de votre carrière, programme l’obsolescence des compétences et laisse plus de 20000 salarié-es sans promotion depuis plus de 10 ans ? Merci quels signataires ?
  • Les projets d’externalisation de la gestion et de la supervision des réseaux vers Ericsson Roumanie qui risquent de faire d’Orange une coquille vide ? Pas vu pas pris !
  • Les UI obligées de fusionner sur d’immenses territoires parce que l’entreprise ne recrute pas assez, qui perdent des compétences sur le cuivre, nous exposant aux foudres de l’ARCEP ? Où est le mal ?
  • Les outils digitaux qui fliquent les techniciens, l’enregistrement illégal des numéros de permis de conduire des salarié-s amenés à conduire des véhicules Orange pour le service ? Une broutille !
  • Les réorganisations incessantes en DO ou en directions métiers, le retour 3 ans après à ce qu’on faisait avant, la création de directions transverses, hiérarchiques et fonctionnelles puis le retour arrière ? Si le consultant l’a dit !
  • Le nième lancement de la maison connectée, la diversification aventureuse vers la banque ou l’assistant personnel  ?

Plus que jamais besoin d’élu-es déterminé-e-s dans des CSE

Les Comités Sociaux et Economiques (CSE) sont issus d’une volonté politique du gouvernement et du patronat (dont fait parti Orange) d’affaiblir le pouvoir des actuelles instances de représentation du personnel CE/CHSCT/DP dans les entreprises. La fusion des instances sur des périmètres énormes va les éloigner des services. Des problématiques importantes comme l’égalité professionnelle ou la Santé et la Sécurité au Travail ne pourront plus être prises en compte efficacement. Face à cela, plus que jamais, il faut donc des élu-es CSE SUD et des Représentant-e-s de Proximité SUD déterminé-e-s à jouer pleinement leur rôle !


Pour que cela change avec les CSE à Orange, le vote SUD !

Les CSE seront élus pour 4 ans, le vote du 19 au 21 novembre 2019 est donc crucial sur une période où les salarié-es seront exposé-es à de nombreuses menaces : plan stratégique 2020/2025 et son probable cortège de restructurations, désengagement de l’état, effectifs en forte baisse, charge de travail en hausse, fin du dispositif TPS, risque de plan social ou de plan de départs volontaires,
Face à cela, les CSE ne pourront plus se permettre d’être des « béni oui-oui » ou des chambres d’enregistrement avec des commissions Théodule de suivi en aval pour gérer les dégâts des restructurations. Les salarié-es ont besoin de syndicats et d’instances qui contestent la stratégie de la direction, ses projets et ses décisions. Ils doivent utiliser toutes les ressources du droit et de l’action pour exercer pleinement toutes leurs prérogatives :
- exiger des dossiers en CSE sur tout ce qu’elle fait sous les radars, exiger des consultations CSE, recourir aux expertises économiques et financières, refuser de donner un avis quand le dossier n’est pas complet ou non sincère, aller en justice quand il y a délit d’entrave ou information déloyale ;
- Informer les salarié-es et avec eux construire le rapport de force nécessaire à un changement de cap radical à Orange

La direction d’Orange se nourrit également des divisions syndicales pour avancer ses pions, c’est dans l’unité et la détermination que les syndicats pourront peser face à elle ! Ils doivent concentrer leur temps et leur énergie à défendre les salarié-es face aux mauvais coups actuels et à venir et pas à autre chose !

Les élu-es SUD s’engageront, sur cette ligne et dans tous les périmètres CSE pour que cela change à Orange !

En cliquant sur les liens vous pourrez consulter les élu-es SUD dans les différents CSE :
DOGSO, DOGNE, DOGO, DOGSE, DO IDF, DOAG, DORM, DTSI, OFS, FSF, SCE, TGI, WIN.

À lire également

Activités postales

Grève magnifiquement victorieuse en Guadeloupe !

Le 19 janvier, après 4 jours d’une grève massive à l’appel de Sud, CGT, FO et CFTC, les postiere-s de Guadeloupe ont obtenu satisfaction sur la plupart de leurs revendications.

Activités postales

Après 7 mois et 4 jours de lutte Levée du piquet Chronopost d’Alfortville

Ces régularisations signent une victoire obtenue contre des employeurs (La Poste, sa filiale Chronopost, le sous-traitant Derichebourg, Mission Intérim) qui ont toujours refusé d’assumer leurs responsabilités, niant l’existence même de ces travailleurs qu’ils exploitent, tous complices dans un système de sous-traitance en cascade bien rodé.