Motion de soutien aux factrices de Miélan

Motion de soutien aux factrices de Miélan

La fédération SUD PTT soutient la mobilisation des collègues de Miélan. Nous tenons à saluer tout particulièrement le courage dont font preuve les factrices face une direction intransigeante et mesquine. Au bout de plus de deux mois et demi de grève, 80 jours, la direction se réfugie toujours derrière de petits arguments comptables pour refuser de négocier.

En « jeu », l’équivalent d’un quart d’emploi ! Difficile de croire qu’avec une telle revendication, les grands équilibres économiques de La Poste, une boite de plus de 200 000 personnes, soient rompus. L’attitude de la direction courrier de Midi-Pyrénées Sud est inacceptable. Elle est à l’image du climat social tendu qui règne à La Poste. A qui la faute ?

Notre fédération, et d’autres, n’ont eu de cesse de tirer la sonnette d’alarme. La qualité des relations sociales dans l’entreprise ne se mesure ni au nombre de réunions ni au nombre d’accords signés. Les conflits sont de plus en plus long et attestent d’un entêtement coupable des dirigeants de La Poste. Le projet de suppression d’une tournée prévue dans cette réorganisation au mépris des postier-es et des usagers est emblématique de cette intransigeance.

Votre combat, pour maintenir cette tournée est aussi celui de la défense des services publics en zone rurale où les besoins se font le plus sentir. Il incarne la volonté de conserver des services publics humains, de qualité et de proximité, qui sont au cœur des préoccupations des populations. La factrice et le facteur en sont les plus beaux symboles !

Bravo pour votre lutte exemplaire !

À lire également

Activités postales

Grève magnifiquement victorieuse en Guadeloupe !

Le 19 janvier, après 4 jours d’une grève massive à l’appel de Sud, CGT, FO et CFTC, les postiere-s de Guadeloupe ont obtenu satisfaction sur la plupart de leurs revendications.

Activités postales

Après 7 mois et 4 jours de lutte Levée du piquet Chronopost d’Alfortville

Ces régularisations signent une victoire obtenue contre des employeurs (La Poste, sa filiale Chronopost, le sous-traitant Derichebourg, Mission Intérim) qui ont toujours refusé d’assumer leurs responsabilités, niant l’existence même de ces travailleurs qu’ils exploitent, tous complices dans un système de sous-traitance en cascade bien rodé.