Herault (34)

Montpellier Rondelet : victoire au bout de 18 jours de Grève

Victoire au bout de 18 jours de Grève

Oui les facteurs ont gagné !! Gagné en solidarité, gagné dans l’unité contre une direction qui voulait les faire plier. Gagné pour un meilleur service rendu aux usagers et surtout gagné en dignité.
18 jours d’une grève exemplaire et atypique avec des taux de grévistes qui ont cru sur ces derniers jours. 18 jours pour arracher à une direction souvent méprisante de multiples avancées déjà énoncées hier :

La fin du renfort (on devait le prendre pendant 16 semaines), nous n’avons pas la sécable sur notre bureau
- le retrait de ces parties renfort sur les casiers des facteurs
- la création de 3 PT pour la préparation des tournées TTE (100 % travaux extérieurs)
- La cédéisation des 8 facteurs en TTE
A titre accessoire :
- une prime de 450 euros
- Un SAV qui débutera dès la semaine 9 avec une personne de notre choix par équipe qui sera détachée pendant une semaine entière
- Une prime de 150 euros pour les agents faisant du tri.
Pour rappel, on les avait déjà fait reculer sur l’îlot et sur la méridienne pour plus d’une vingtaine de tournées, il ne reste plus que les 8 TTE qui sont impactées

SUD PTT a été l’initiateur de ce mouvement de grève, il en a aussi été le pilier conjointement avec la CGT. De plus, un message a été passé à notre direction, ils ne feront plus ce qu’ils veulent à Montpellier Rondelet. C’est un sacré message passé à nos collègues des autres bureaux de Poste. Tout est possible, la lutte paie toujours.

Notre combat continue dés demain à la reprise, on ne cèdera rien aussi bien en CHSCT, que sur le respect des horaires, du code de la route et tous ensemble, on fera tout pour préserver notre santé et nos conditions de travail.

Le message est passé, Solidaires un jour, Solidaires toujours..

À lire également

Activités postales

Temps partiel - Télétravail / garde d’enfants

Dans le cadre d’une audience avec le Siège, celui-ci a précisé les droits des personnes en télétravail vis-à-vis de la garde d’enfants consécutive à la fermeture des établissements.