Le 14 juillet, nous, on ouvre le bal !

Le 14 juillet, Solidaires et SUD-PTT, parmi une vingtaine de syndicats et d’associations regroupées sous la devise “Plus jamais ça !” appellent à manifester dans toute la France. Parce que, remaniement ou pas, ce qui se prépare ressemble comme deux gouttes d’eau aux politiques qui nous ont menés dans le mur ! Si on les laisse faire, rien ne nous sera épargné, y compris la réforme des retraites qui ressort des placards. Le 14 juillet, on manifeste partout !

Les plans sociaux tombent en cascade...

Renault, Sanofi, Altice Media, Alcatel-Lucent, Boiron, Nokia, Vivarte (la Halle), Air France... les plans sociaux s’égrenent depuis plusieurs jours. Les chiffres du chômage n’intègrent évidemment pas ces plans sociaux mais le ministère du travail a déjà annoncé (pour avril) une hausse “nette” de 200 000 personnes et de 800 000 pour celles et ceux sans aucun travail, un “glissement” conséquence de suppressions massives d’emplois précaires !

... une crise, mais laquelle ?

De tels chiffres nous font militer pour l’arrêt de la réforme de l’assurance chômage et, plus globalement, pour l’interdiction généralisée des licenciements. Déjà, la crise économique est le résultat du confinement, lui- même conséquence des manques cruels en matière de politique sanitaire (gel, masques, tests...). Enfin, nombre de plans sociaux n’ont rien à voir avec cette crise. Certains ont un caractère purement boursier, comme Sanofi qui va verser 4 milliards de dividendes.
D’autres sont liés à un surendettement démesuré, comme Vivarte (16000 salarié-es) par un fonds de pension qui fait porter à cette entreprise le prix de son rachat. Et les plus grandes entreprises - très endettées par des rachats d’actions et des acquisitions - profitent de la situation pour ajuster les effectifs, histoire de maintenir la valeur de l’action... et des dividendes !

Nous ne paierons pas leur crise !

Nous ne participerons pas à une sorte de “consensus national” car nous ne sommes en rien responsables de ce qui se passe. Et, ce, d’autant que les annonces gouvernementales sont autant de signes qu’ils vont tenter de nous faire payer leurs méfaits.

Fiscalité, on ne touche à rien !

Côté fiscalité, c’est toujours priorité aux riches ! Bruno Le Maire avait donné le ton pendant le confinement en déclarant que rétablir l’ISF, « c’était de la démagogie ».
Deuxième couche par Macron qui a rejeté la proposition de la Convention citoyenne pour le climat de taxer les dividendes à 4 %. Et le même Bruno Le Maire vient d’émettre un avis négatif sur la baisse de 2% de la TVA sur les billets de train !
En revanche, on nous prépare le transfert de 136 milliards d’euros de dette sur les comptes de la Sécu.
La CRDS (0,5 % sur les revenus) serait prolongée jusqu’en 2042 alors qu’elle devait disparaître en 2024 ! Retraites, un déficit de toutes pièces ! Côté retraites, on nous annonce une relance de la réforme cet été mais, cette fois, avec un déficit proche de 30 milliards au lieu des 4 programmés avant le confinement. Une réforme rejetée par tout le monde ! La logique voudrait que l’Etat conserve en son sein toutes les dettes accumulées par la crise, quitte à les payer sur des dizaines d’années. Or, sa politique de transfert va servir de discours pour “assainir” les
dépenses publiques. Et on connaît la suite....

Préparer une riposte d’ensemble dans l’unité syndicale !

Dès à présent, il faut construire dans toutes les villes, départements et au plan national, un véritable rempart unitaire contre cette politique antisociale. Il en va de la responsabilité de tout le mouvement syndical d’imposer une autre politique faite d’investissements publics pour créer de l’emploi utile à la population !
Nous, on commence le 14 juillet

À lire également

Activités Télécoms

La lettre d’information de la fédération SUD - De la guerre au virus à la guerre sociale

  • Édito : De la guerre au virus à la guerre sociale
  • Sud à Orange - Des bénéfices records en 2020, des augmentations de misère en 2021
  • Interpro - Ubisoft et son PDG visés par une plainte pour « harcèlement sexuel institutionnel ».
  • Libertés - Le « passe sanitaire » : l’ombre de la tutelle combattue par les Lumières ?
  • Santé - Le refus de la levée des brevets sur les vaccins retarde la fin de la Covid en France
  • Numérique - Pegasus : l’étrange silence des politiques français.
  • Égalité - Némésis, ce groupe qui inquiète la Grève féministe.
  • Histoire - Retour sur la lutte du Larzac, aïeule des « zones à défendre » et berceau de l’altermondialisme.
  • Des chiffres et des maux - Le nombre de migrants morts en mer en tentant de rejoindre l’Europe a doublé en un an