La direction de La poste joue avec le feu.

La fédération SUD PTT vient d’interpeller le ministre de l’industrie dans son rôle de tutelle de La Poste. La direction du groupe public vient en effet de mettre sur la table un projet de réorganisation profonde de la branche courrier colis. Ce projet a été refusé par deux fois, le 15 septembre, et ce jour 23 septembre, par l’ensemble des organisations syndicales siégeant au comité technique national.

A l’opposé d’un comportement responsable et conscient de la crise sanitaire que nous traversons, la direction de La Poste profite de la reprise des activités pour imposer des rythmes de travail et une pression jusqu’alors inédits dans le secteur courrier.

Le Samedi : Jour faible pour La Poste, journée noire pour les facteurs
La direction met en place une organisation basée sur un samedi travaillé sur deux, mais dans des conditions totalement aberrantes. Garantir un nombre plus important de week-end nécessite obligatoirement de renforcer les effectifs, qui plus est dans un contexte où ces derniers sont de toute manière insuffisants. Or, La Poste fait strictement l’inverse. Les factrices et les facteurs absents le samedi ne sont pas remplacé·e·s. Résultat : l’obligation de distribuer une double tournée. Le courrier qui ne peut être distribué se reportant sur le lundi, le début de semaine s’effectue lui aussi dans des conditions dantesques. Pire, pour essayer de colmater les brèches sans embaucher, on oblige certains agents à venir travailler en heures sup’ pendant leur samedi de repos. Autre innovation, l’impossibilité, dans certains services, de poser des vacances sur une semaine complète. On part en congés le lundi, mais on revient le samedi pour bosser !
Une fois de plus, les victimes sont les conditions de travail ,la santé des agents et la qualité du service rendu à la population.

Cette ré-organisation a rencontré l’opposition de 80% des CHSCT consultés. L’un des gros reproches porte sur la charge de travail qui n’est pas calculée. Un impératif pour la branche courrier de La poste qui a perdu plus de 5 600 emplois en 2019.

Si La poste claironne partout que les volumes de courrier ont drastiquement baissé avec la crise sanitaire, la baisse des effectifs, la croissance du colis et la désorganisation qui règne dans la branche courrier colis ont des effets délétères sur les personnels. Des effets que nos représentants sur tout le territoire relèvent au quotidien et que SUD PTT a tenu à rapporter à Bruno Lemaire, le ministre de tutelle de La Poste. La Poste a en effet traversé à plusieurs reprises des crises profondes ces dernières années, des crises que nous avons non seulement dénoncées mais aussi annoncées. A chaque fois nos avertissements sont restés lettre morte.

SUD PTT , comme d’ailleurs les autres organisations syndicales de La Poste, demande l’ouverture de véritables négociations sur l’emploi et les moyens à mettre en œuvre pour que La Poste continue à remplir ses missions de service public dans le respect de ses obligations et de la santé et des conditions de travail de ses personnels.

Ce double vote unanime du Comité Technique National contre le projet de la direction est un désaveu à la fois de sa politique et de ses méthodes. Il est aujourd’hui de la responsabilité de l’ensemble des fédérations syndicales postales de travailler dans l’unité, et de proposer des perspectives d’action à nos collègues.

À lire également

Activités Télécoms

10 questions à C. Heydemann

L’eau ça mouille et si vous voulez vivre vieux, vivez longtemps.
C’est un peu le résumé qu’on peut faire de ses réponses : un festival de truismes, de lapalissades et de poncifs sur à peu près tous les sujets, de la stratégie à la NAO en passant par le télétravail ou la crise sociale ! Les milliers de collègues qui ont suivi l’émission ne sont pas plus avancé.es sur les intentions de la nouvelle DG !