Accord distribution et traitement 2024 / 2025 - La meilleure défense, c’est l’attaque !

Nous filions tout droit vers l’accord national le plus vide et le plus aggravant de l’histoire postale !

  • Zéro recrutement acté alors que des milliards d’IP vont être déversés dans les organisations de travail qui n’en ont pas. Il faudra attendre de savoir combien de salarié·es de Médiapost acceptent les conditions de travail de la distribution et du traitement… Quand on constate la sous-estimation des IP
    quand ils sont intégrés sur les tournées, le résumé est simple :
    on sera moins nombreux pour + de charge de travail…
  • Autant de promotions que de recrutements antérieurs. C’est à dire pas de promotions supplémentaires.
  • Le déploiement des fermetures de PIC abusivement renommées « transformations ».
  • L’extension des plans de production qui accentuent les tournées renfort/ajustement et l’augmentation programmée des boites aux lettres supplémentaires.
  • La continuité des réorganisations permanentes, donc des suppressions de tournées et positions de travail, tous les deux ans, et donc entre les deux années, avec les plans de production.

Mais à la dernière minute, La Poste modifie la disposition pour l’octroi des tickets resto.

Souvenez-vous : avant le COVID, nous bénéficions des tickets-resto, que nous
soyons en coupure méridienne ou pas, à condition de finir après 13h45. Puis
la crise sanitaire a été l’occasion de modifier la donne ; il fallait alors absolument avoir la méridienne pour avoirles tickets-resto.
4 ans plus tard, en cette année d’élections professionnelles, la direction fait
un cadeau aux syndicats abonnés à la signature (voir récemment l’accord mutuelle/prévoyance qui nous fera cotiser + pour moins de rembourse-
ment). La Poste réinterprète son propre BRH : à condition de commencer après 7h30, de travailler 5h consécutives, de ne pas avoir de cantine et de renoncer à l’indemnité de collation, les agents qui ne pouvaient plus toucher les tickets resto, parfois depuis 4 ans, pourront à nouveau en bénéficier.

Tous les syndicats, y compris SUD, le revendiquent depuis 2020. Alors non, on ne va pas dire merci. On va dire 48 mois de rattrapage ! À hauteur en moyenne de 30 à 50€ par mois de perdus. 1 500 à 2500€ de pertes cumulées…

Pour info, la prime d’intéressement risque d’être divisée par 2, notamment pour rembourser l’amende fiscale de 170 millions d’euros, liée aux pratiques mafieuses d’une entreprise de colis italienne que la poste a acheté. Les négociations salariales s’annoncent largement en dessous des prix qui s’en-
volent. Pourtant les milliards d’euros de dividendes existent dans le Groupe…

SUD ne signera pas cet accord qui n’inscrit aucun recrutement de CDI, qui accompagne les réorganisations incessantes et les salaires toujours au plancher.

Tant mieux pour les tickets resto, bien que ça ne soit que la réparation d’un
abus de pouvoir. Ça ne mérite même pas de figurer dans un accord, c’est le
BRH initial. La ficelle est plus grosse qu’une laisse. On ne sera pas les toutous
de la farce !

POUR UNE RÉELLE AUGMENTATION DES SALAIRES, POUR DES EMPLOIS POUR LES
PRÉCAIRES, CONTRE LES RÉORGANISATIONS AU COURRIER/COLIS ET LES
FERMETURES DE PIC, PRÉPARONS COLLECTIVEMENT UNE GRÈVE EN AVRIL !

À lire également

Activités postales

Repris de justice postale - Délit d’action syndicale

Nos camarades ont déjà été sous le coup de sanctions disciplinaires et discriminatoires (mises à pied sans salaire, avertissement, blâme…) La direction persiste et signe. Nos camarades sont de nouveau frappés par de nouvelles sanctions. Les élections CSE dès la rentrée sont un motif de plus pour cette direction de vouloir faire taire à tout prix ces militants SUD. Tous les moyens leurs sont bons pour tenter d’éliminer SUD lors de ces prochaines élections.