3 millions dans la rue le 31 janvier ! On peut faire plus fort !

Un rejet profond de la régression sociale !

Les manifestations monstres des 19 et 31 janvier démontrent un profond rejet de cette réforme qui s’inscrit dans une longue série de mesures antisociales.
Ce qui se dit aussi dans la rue, c’est la colère contre des mesures fiscales qui ne profitent qu’aux riches, contre l’austérité salariale pour le plus grand bonheur des actionnaires et des patrons, des réformes contre les plus mal loti-es, au chômage ou au RSA.

Le gouvernement programme l’austérité pour le plus grand nombre ; il saigne à blanc les budgets des hôpitaux et des communes. Et cette réforme des retraites est le point d’orgue de cette accumulation de méfaits libéraux : elle supprime deux ans de repos et de liberté bien mérités alors que les conditions de travail se dégradent de plus en plus !

Alors, comment faire plus ?

Bien sûr, en participant encore plus aux “grandes journées” déjà programmées. Pour être encore plus, il faut se convaincre les un-es et les autres qu’il faut descendre dans la rue, si possible tous les jours et y compris le week-end : entre collègues de travail bien sûr, mais aussi dans notre voisinage proche, dans nos familles, partout ! Les syndicats doivent tenir toute leur place mais vous aussi en convainquant toutes celles, tous ceux qui hésitent encore...

Le moment est venu de “monter le ton” !

La question est maintenant posée : devant un gouvernement qui se veut inflexible et avec le débat engagé à l’Assemblée, ces grandes journées suffiront-elles ?

Du coup, le meilleur moyen de gagner, et de gagner vite, c’est de “monter le ton” ! Comment ? En discutant partout et dans les assemblées générales pour préparer un mouvement de grève reconductible. Avec qui ? avec tout le monde, dans nos services, nos établissements. Et avec tous les autres secteurs de l’économie, certains en discutant déjà, car tous nos patrons soutiennent Macron ! . Cet objectif appartient à tout le monde et pas seulement aux syndicalistes ! Pour autant, SUD-PTT et Solidaires mettent en œuvre tous les moyens pour y parvenir !

Sans nous, pas de travail, pas de richesse créée ! Sans nous, ils ne sont rien !
C’est à la fois une évidence et une banalité : si tout s’arrête, alors plus rien ne sort des lieux de production, plus aucune richesse créée. Sans notre travail, ils ne sont plus rien !

Alors, n’hésitons pas. On peut gagner !

Et pour mémoire, quelques chiffres :

À lire également

Activités postales

Victoire pour notre camarade Samuel !!

Suite à une prise de parole dans un centre, un cadre voulait mettre dehors Samuel en le tirant par l’épaule. À la suite de cette altercation, la Poste avait scandaleusement demandé son licenciement pour faute grave à l’Inspection du Travail, qui l’avait par la suite refusé.