1er janvier 2019, Le timbre passe au dessus d’un euro

Dans la série “j’ai un timing pourri” La Poste fait très fort en ce premier janvier 2019. 
Une année qui ne sera pas l’année du pouvoir d’achat pour les usagers de La Poste, puisque le timbre poste va connaître une nouvelle fois après 2018 la plus forte augmentation de son histoire en passant au dessus d’un d’euro. En pleine contradiction avec les mesures “d’apaisement” décidées par le gouvernement, notamment sur la CSG ou les tarifs du gaz qui vont baisser.

Pour compenser la baisse des volumes du courrier, la direction de La poste n’a rien trouvé de mieux depuis cinq ans que de taxer les usagers, une mesure qui complète l’arsenal du business postal français, qui sabre déjà dans l’emploi (- 100 000 en dix ans) les bureaux de poste dont la moitié a fermé ou encore les boites aux lettres de nos villes qui disparaissent au rythme de 500 par an.

Une politique qui va à l’encontre de la première mission du service public postal, : satisfaire les besoins sociaux, répondre aux attentes des usagers, en milieu urbain comme dans le rural, servir tout le monde avec la même diligence, la même qualité des service et surtout les mêmes tarifs les plus modérés.

Au regard de ses bénéfices (près du milliard d’euro net chaque année) La Poste a largement les moyens de modérer ses tarifs, de recruter et de réinvestir les territoires et quartiers qu’elle a désertés. C’est juste une question de priorité. La stratégie du groupe La Poste est toute autre : investir dans la “silver economy”, en contribuant au passage à la marchandisation des services à la personne, ou encore faire des investissements de plusieurs centaines de millions d’euros à l’international, pour certains hasardeux,

À lire également

Activités Télécoms

Qui veut gagner des millions ?

Chez Iliad, pas besoin de TF1, pas besoin de pré-sélections pour choisir les candidat·es, il faut juste faire partie de la garde rapprochée de Monsieur Niel.