Absentéisme à Laser Contact, un coût et des raisons à définir !

lundi 3 novembre 2014 par Philippe

La direction de Laser Contact (comme la plupart des directions du secteur) exprime souvent son mécontentement contre l’absentéisme que connaît l’entreprise.

En effet, malgré la situation économique et un pouvoir d’achat toujours au plus bas, l’absentéisme stagne au environ de 13% (13,27% en 2013 mais avec un pic de plus 20% sur l’année sur le site de Villeneuve d’ascq et 14,04% pour les employé-es).
Pour autant, que fait la direction pour changer la donne sur ce problème ?

Pour information la moyenne de l’absentéisme en France est de 4,53%, ce qui inquiète, même, la presse libérale. 59% des DRH estiment que le taux d’absentéisme est lié à l’état de santé des salarié-es (fatigue, état de santé psychologique...) selon une étude de Alma Consulting. En seconde position, arrivent les conditions de travail : l’ergonomie des postes, les ambiances physiques de travail (bruit, température, lumière, odeurs, etc.) et le confort au poste. Viennent ensuite la charge de travail et l’organisation.
Cette dimension fait référence à la quantité de choses à faire, aux contraintes temporelles ainsi qu’à la charge mentale de l’activité. Cet absentéisme a bien entendu un coût puisque, selon la même étude, ces absences ont représenté un coût direct pour les entreprises du privé de 6,98 milliards d’euros et de 8,77 milliards d’euros d’indemnités journalières versées par la sécurité sociale !

Nous avons souligné à plusieurs reprises ce coût qui est à ce jour non calculé par Laser Contact (comme celui du turn over...). Etrangement tout cela nous rappelle quelque chose n’est ce pas ? Pourtant, la direction a préféré négocier un accord de méthode plutôt qu’un accord sur les risques psycho-sociaux (RPS). L’accord qui trouvera, sans doute, des syndicats complaisants pour le signer, rappelle le droit du travail. A cela s’ajoutent quelques mesures sans incidence profonde sur nos conditions de travail. Il serait pourtant temps de s’attaquer au manque de temps de pause, aux horaires annualisés, ou encore investir tant dans la propreté des sites que dans le matériel de travail. Nous n’avons pas besoin d’un wikipedia des RPS nous expliquant la définition du harcèlement ou du burn out... Nous le vivons !

Dans un tel accord, l’entreprise doit investir dans notre santé et nos conditions de travail, ce qui lui permettra, par la suite, d’obtenir une meilleure qualité de service. Pour SUD, la santé des salarié-es est un sujet primordial et devrait être pris au sérieux par l’entreprise. Nous continuerons donc à batailler pour faire avancer les choses sur cette question et à faire comprendre à la direction que tout a un coût... pour nos vies et pour l’entreprise !


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 112425

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site LC France  Suivre la vie du site Actualités   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.25 + AHUNTSIC

Creative Commons License