CCA : Rien ne va plus !

jeudi 23 octobre 2014 par philippe

Décidemment à CCA-International, on n’aime pas SUD !

Pourtant ses membres ont la prétention de faire correctement leur travail de syndicalistes. Pour en juger, voici trois exemples :

les NAO

Cette année, la société atteint le paroxysme en terme de mépris des salariés qui génèrent le chiffre d’affaire de l’entreprise et en terme de transgression de la législation du travail. Pas un seul centime n’était prévu pour l’augmentation des salaires et pas un seul geste de bonne volonté pour améliorer les conditions de travail. Ce fut juste un simulacre de « négociations » pour tenter de laisser croire à l’administration que l’entreprise remplissait ses obligations. Les informations et documents demandés par les élus de SOLIDAIRES ont reçu une fin de non recevoir. Les organisations syndicales ont même refusé de signer le PV de désaccord.

Le médiateur nommé à Rouen

Le climat social lourdement dégradé sur le site de Rouen depuis l’arrivée du nouveau donneur d’ordre dans le domaine de l’énergie a conduit les partenaires sociaux SUD à rompre le dialogue avec la Direction et à saisir l’Inspection du Travail de leurs préoccupations et des nombreux délits d’entrave aux fonctionnements des instances. Sur ce constat, la Direction du siège a décidé de faire appel à « un médiateur » pour tenter, prétendument, de renouer le dialogue. Ce médiateur jouait plutôt le rôle d’arbitre et imposait ses décisions. En fait, nous nous sommes aperçus que ce monsieur était investi d’une mission consistant à améliorer les résultats quantitatifs et qualitatifs imposés par le client au mépris de la considération de la souffrance des salariés. L’équipe SUD a boycotté « le Comité de Pilotage » et a enchaîné les débrayages !

« Chasse aux sorcière » d’une élue du site de Carmaux

Cerise sur le gâteau, et comme à la Direction, on ne se refuse rien, voici qu’elle s’attaque aux élus SUD. La dernière à en faire les frais, est une élue au CE de Carmaux, qui se voit prononcer sa mise à pied conservatoire et en procédure de licenciement pour être soupçonnée de fraudes sur des dossiers « comptes mobile » lui appartenant ou appartenant à des membres de sa famille. La Direction n’a pas la moindre preuve de ce qu’elle avance comme l’exige la loi en pareil cas, mais peu importe elle projette de licencier la salariée. Le problème est que pour de nombreuses actions reprochées, la salariée n’était pas présente sur le lieu travail... L’Inspection du Travail, a « lavé » notre élue de tout soupçon et de tous les faits qui lui ont été reprochés. Pour SUD, les choses ne doivent pas s’arrêter à cette décision de réintégration de notre élue. Nous exigeons une enquête et des explications sur ce dossier ! « la chasse aux sorcières » menée contre nos élu-es sur ce site n’est pas acceptable et nous prouve que nous sommes sur le bon chemin pour faire changer les choses !

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 117672

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site CCA International  Suivre la vie du site Actualités   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.25 + AHUNTSIC

Creative Commons License