Le ministre annonce des assises des centres d’appels

mardi 13 juillet 2010 par Philippe

L’annonce faite par Laurent Wauquiez de mettre en place des assises des centres d’appels à la rentrée 2010, nous semble aller dans le bon sens puisque la fédération Sud PTT réclame des assises depuis un an. Mais une question essentielle ce pose : pour quoi faire et pour qui ?

Arroser encore le patronat ? Depuis des années, les collectivités territoriales font la chasse aux emplois que procurent les centres d’appels en déversant des flots de subventions. Et si ce ne sont pas les collectivités, ce sont les entreprises qui arrosent afin de réindustrialiser les bassins d’emplois saccagés par leur départ. Sans oublier les zones franches utilisées à bon escient afin de casser les coûts…
Cela a-t-il changé quelque chose ? Evidemment non, puisque les prix pratiqués par les donneurs d’ordre ne peuvent qu’entraîner des délocalisations et accentuer la souffrance au travail. L’Etat lui-même a cassé les prix sur des appels d’offres en choisissant le moins-disant social ; ce qui a entrainé le dépôt de bilan de la société Elucydée. Le ministère avait choisi Teleperformance qui symbolise avec Webhelp la délocalisation à outrance. Wauquiez comme l’ensemble du gouvernement, devrait en premier point refuser de sous-traiter une activité publique à des groupes qui licencient. Pendant que le gouvernement se trompe de direction, Teleperformance annonce la suppression de plus de 1000 emplois et la fermeture de huit sites.

Et pour les salariés ? Malheureusement dans les propos tenus par L. Wauquiez il n’y a pas eu un mot pour les salariés des centres d’appels et ce, qu’il soit en France ou ailleurs… hormis le fait d’installer une concurrence entre les salariés à travers les frontières. La Fédération Sud Ptt a mené une enquête sur le secteur en début d’année 2010 et annoncera à la rentrée les résultats démonstratifs de la souffrance au travail qui a envahi ce métier. En effet, un certain nombre de salariés ne supporte plus leur travail qu’avec l’apport des médicaments. La pression sur les prix exigés par les donneurs d’ordre a atteint des niveaux tels qu’il pousse à un management d’une extrême dureté dans les entreprises sous-traitantes.
Faudra t-il attendre une souffrance au travail poussée à son paroxysme pour que l’Etat et le patronat réagissent ?

La Fédération Sud-PTT, demande que le gouvernement organise au plus vite une table ronde réunissant l’ensemble des acteurs de ce métier tant du côté des donneurs d’ordre que des sous-traitants et bien entendu l’ensemble des organisations syndicales intervenant sur ce secteur. Un bouclier social traitant de l’ensemble des points noirs de la profession (surveillance électronique, temps de pause, exigence de productivité, formation, salaire...) doit être négocié au plus vite afin que des garanties collectives fortes régissent la vie sociale des centres d’appels. Bien entendu cette table ronde devra fixer des tarifs minimums pour les appels d’offres des donneurs d’ordres afin que le bouclier social soit une réalité. Pour Sud PTT, il est important que cette discussion ne se limite pas aux frontières françaises surtout quand on sait comment les salariés des pays du Maghreb (par exemple) sont traités par les multinationales du secteur


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 122948

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Activités centres d’appels  Suivre la vie du site Actualités   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.25 + AHUNTSIC

Creative Commons License