A SFR et dans les centres d’appels

mardi 23 août 2016 par philippe

Toutes et tous en grève le 6 septembre.

Depuis le rachat de SFR, les mauvaises nouvelles pour l’emploi se succèdent pour les salarié-es travaillant directement ou indirectement pour cette société. Le régime minceur imposé aux salarié-es n’a qu’un but obtenir le maximum de bénéfice et rembourser les milliards empruntés par le patron. Cette stratégie n’est pas limitée à SFR. C’est un véritable plan de liquidation puisqu’au même moment les centres d’appels de Suddenlink et Cablevision aux USA subissent eux aussi des licenciements. Au delà du sacrifice des salarié-es, les conséquences sont énormes : baisse des investissements dans le haut débit, perte de clients et chute de la qualité de service.

8000 emplois... ce n’est rien pour le gouvernement ?

Depuis avril, les salarié-es des groupes de sous-traitance en centres d’appels, Arvato et Sitel ont pris connaissance de la fin du contrat liant leur entreprise à SFR. D’autres, comme Teleperformance et B2S, voient leurs flux d’appels diminuer...

En tout, ce sont pas loin de 3000 emplois qui sont aujourd’hui en danger dans les centres d’appels. Les salarié-es sous traitant-es sont également menacé-es par les politiques d’économie de cout engagées par Bouygues Telecom et Orange.

Chez SFR, ce ne sont pas loin de 1000 emplois qui seront supprimés dans les mois qui viennent et 5000 d’ici 2019 avec l’approbation de l’état et de quelques syndicats. L’état ne doit pas se contenter de quémander le maintien du centre d’appel de la ville de Tulle chère à Mr Hollande. Il doit exiger le maintien de tous les emplois. Il dispose de moyens de pressions notamment par des contraintes réglementaires comme l’attribution ou pas de fréquence mobile.

Il faut combattre cette liquidation d’un tiers des salarié-es de la part d’une entreprise qui a accumulé des milliards de bénéfice depuis sa création aux profits de son patron et des actionnaires grâce aux aides de l’état comme le CICE. La CGT, la CGC et Sud SFR appellent à la grève le 6 septembre pour refuser cette politique. La fédération Sud PTT appelle également l’ensemble des salarié-es des centres d’appels sous-traitant à effectuer des débrayages ou à se mettre en grève le 6 septembre prochain. Pour Sud, l’unité des salarié-es de SFR et sous-traitant-es est primordiale afin de lutter contre l’avidité d’un milliardaire sans scrupule, défendre la qualité des services proposés au public et préserver l’ensemble des emplois.

Ce communiqué en pdf et le tract d’appel à la mobilisation

PDF - 47.1 ko
Grève le 6 septembre
Communiqué de presse
PDF - 194.5 ko
Centres d’appel et SFR : mobilisons nous !

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 103575

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Activités dans les centres d’appels  Suivre la vie du site Actualités   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.25 + AHUNTSIC

Creative Commons License